News

Première sortie 2017 vers la fin de l'hiver

Donc le climat change comme dirait Ségolène et avec ce réchauffement, l'hiver se fait donc moins froid. Alors profitons d'un samedi de beau temps pour rassasier les bikers Moto-Machos en allant goûter du canard sous toutes ses formes à la ferme-auberge du Brusquant à Marquay en Dordogne. Et ce n'est pas la grippe aviaire qui fait peur à deux robustes bikers. De toute facon on connait l'antidote, le virus de la grippe aviaire ne resiste pas à une bonne bouteille de vin rouge !

Et puis pensons aussi à nos destriers, qui ont besoin de se dégourdir les bielles aprés quelques semaines d'inactivité à l'écurie, avec un petit festival de virolos dans les vallées de la Dordogne et de la Vézère en traversant des villages typiques.

Petite vidéo
https://youtu.be/aG55KZAnfI0

 

 

Une digne célébration pour l’anniversaire du demi-millénaire de la Bataille de Marignan 1515-2015.
Avec l'intronisation de deux nouveaux chevaliers du Cul tanné, membres des Lou Droley's

En cette année, il nous faut fêter dignement ces 500 ans de la bataille de Marignan, qui inspira le défi du Cul Tanné 1515 et ce sont deux valeureux membres de la vénérable et honorable confrérie des Lou Droley's de la Dordogne qui nous ont donné cette opportunité. Certes, leur Président qui est aussi notre ami Bertrand leur avait montré l'exemple avec un roadbook similaire : retour directos ou presque de Faaker See à Périgueux.

La date de cette intronisation fût fixée au samedi 24 octobre en Dordogne avec rdv à Périgueux. En arrivant la veille, Julius et San Bernardo purent goûter aux délices de la cuisine périgourdine concoctée par Bertrand. Tout simplement, pâté périgourdin truffé (alliance de foie gras de canard et de chair à pâté), puis feuilleté au foie gras et bien sûr magret grillé dans la cheminée, en un mot que de bonnes choses avec bien sûr toutes sortes de carburants liquides tant en apéritif que pendant le dîner.


Le lendemain dés 9h, retrouvaille pour Bertrand avec les Lou Droley's et présentation de Julius et San Bernardo à St Laurent sur Manoire avec cafés et croissants. Et ces drôles-là méritent bien leur nom car tout cela sent bien la bonne humeur et la camaraderie et aussi comme nous le constaterons ensuite la bonne chère.
Pour joindre le culturel, ou plutôt le patrimoine et la tradition à cette réunion, direction Brive-la-Gaillarde ou plus exactement Donzenac pour une visite des « Pans de Travassac » seule ardoisière encore en  activité en France et créée au XVIIème siècle avec encore 3 ouvriers.
http://www.lespansdetravassac.com/

Après cette entrée en matière et alors que midi sonne la fin de cette visite, il nous faut considérer les aspects plus temporels de la journée et direction St-Rabier prés de Terrasson pour la ferme-auberge « Le Grand Coderc ». Les menus sont très copieux et mettent le canard à l'honneur avec toast de foie gras frais et foie gras cuit, puis raviolis fourrés au foie de gras, puis magrets farcis au foie gras, fromage et tarte flambée, ce qui là-bas s'appelle menu ouvrier …. le tout avec un Pécharmant bien charmant (Château Terre Vieille). Pour plus d'information :
http://www.legrandcoderc.com/grandcoderc/table.php.

Les deux Jeans reçoivent alors au vu de leur Cul Tanné 1515 mémorable leur patch avec la prose qu'il faut :

C’est avec grand plaisir, o très cher biker,
Qu’ainsi tu deviens membre d’honneur
Dans la digne confrérie des Culs Tannés,
Toi qui en moins de 24 heures sonnées
As parcouru face au vent sur ta moto
1515 kilomètres par monts et par vaux,
Au grand galop sur tes chevaux fiscaux.
Maintenant rejoins ton refuge bien chaud
Pour trouver du guerrier le bon repos
Avec du Jack Daniel’s mais jamais alcolo.
Pour oublier la routine boulot-métro-dodo,
Penses alors à ton rodéo de Moto-macho.

La vidéo de ce run



Journée du souvenir à Oradour-sur-Glane
en passant par le Parc Naturel Régional du Périgord Limousin
10 mai 2015

 

En ces temps de commémoration soit au titre de l'année 2015 avec les 70 ans de la fin de la 2ème guerre mondiale ou au titre du mois de mai avec la date du 8 mai qui marque l'anniversiare de la capitulation de l’Allemagne nazie, Julius voulait voir ce que les hommes dans leur folie furent capable de faire, avec notamment le massacre de 642 habitants d'Oradour-sur-Glane par un bataillon de la division Waffen SS « Das Reich » le 10 juin 1944.
La citation de Paul Eluard sur le monument du souvenir situé à l'entré du nouveau village résume cette atrocité :
«Ici des hommes firent à leur mère et à toutes les femmes la plus grave injure. Ils n’épargnèrent pas les enfants »
Un centre de mémoire a été créé afin de ne jamais oublier (avec la visite virtuelle remarquable http://www.oradour.org/ si on ne peut pas se déplacer).


Pour se rendre de Bordeaux à ce village martyr, le mieux est de privilégier la route à travers le Parc Naturel Régional du Périgord Limousin via La Roche-Chalais puis Brantôme et Nontron comme proposé dans le roadbook plutôt que la voie rapide (certes sans péage par Angoulême) et si belle comme la vidéo ci-jointe le montre avec verdure, arbres et petits virolos, en bref la « France profonde ». https://www.youtube.com/watch?v=g7ezJYLwanA

 
Pour un déjeuner de qualité à prix provincial, le mieux est le restaurant Le Milord dans le nouveau village qui a été construit à côté du village martyr.

 

Petit run en Bas Armagnac pour commencer 2015

Après un visite initiatique au Salon des Vignerons Indépendants de Bordeaux du 7 mars avec dégustation ouverte à tous les stands, achats de quelques caisses, dont un Bas Armagnac, il est décidé que la première sortie se fera en Bas Armagnac.

Eole étant de notre côté en ayant chassé la pluie, mais hélas pas les nuages, ce sera le dimanche du 22 mars avec comme objectif La Bastide d'Armagnac !

Julius prépare le roadbook et par une matinée fraîche, cap au sud par les petites routes des Landes en évitant autoroutes et péages. San Bernardo en profite pour faire des essais de sa nouvelle caméra embarquée Kodak Pixpro-SP1 avec différents montages sur le guidon. Voir la vidéo ici

A signaler, le déjeuner dans l'Hôtel-Restaurant du Commerce à l'Estang (Gers) avec une tête de veau maison remarquable et que n'aurait pas dédaignée le Président Chirac.

Ensuite, visite à la ferme de Labouc http://www.fermedelabouc.com/, ouverte le dimanche et nous y sommes accueillis par le propriétaire-récoltant-distillateur (4ème génération). Le vieil alambic en cuivre toujours opérationnel et parfaitement maintenu, trône dans le vieux chai. Ce sera une visite « privée » pour nous deux avec moultes explications et comparaisons notamment avec le calvados, eau-de-vie de référence du viking Julius, puis revue des pièces de quelques 400 litres, nom donné au tonneau de chêne pour l'armagnac (et ceux-ci sont fabriqués avec les chênes de la forêt de cette ferme).

Ensuite, dégustation de quelques millésimes : le 1978 s’avère bien doux et, par rapport au 1986, semble manquer de corps. C'est donc sur ce dernier millésime que nous ferons notre choix, d'autant plus que San Bernardo avait déjà acheté du 1976 de Guilhon d'Aze au Salon des Vignerons Indépendants de Bordeaux.

 

Petit tour dans le centre ville de la Bastide d'Armagnac, toujours dans son jus du moyen age, et cap sur Bordeaux car la nuit commence à tomber.


Place de Labastide d'Armagnac. Nous n'étions que deux, les trois autre motos sont des frangins rencontrés là par hazard.

Le directeur général de BNP-Paribas nous écrit

Moto-Macho devient célèbre puisque Mr Bonnafé, qui est Administrateur Directeur Général de BNP-Paribas, nous a fait l’honneur d’un courrier formel en date du 3 juillet 2014 adressé au Représentant Légal Habilité de Moto-Macho, c’est-à-dire San Bernardo.

Mais pourquoi ce si grand Sieur patron d’une institution pleine de pépites sonnantes et trébuchantes nous écrit-il ? Veut-il rejoindre notre confrérie ? S’intéresse-t-il a à l’Ordre des Chevaliers du Cul Tanné 1515 et au défi à relever ? Prépare-t-il un run à Faaker See avec un besoin d’information sur l’hôpital local et sa cohorte d’infirmières ? Son service de pub et communication lui aurait-il suggéré de sponsoriser notre confrérie ?

L’impatience nous gagne et l’émotion est intense au moment d’ouvrir cette enveloppe et de commencer à lire le courrier qu’elle contient. Il y est question d’embargos américains ! Est-ce que les gringos en général et la Motor Co en particulier auraient décidé de ne plus approvisionner notre vieux continent en VTwins et pièces de rechanges ?

Et bien non,  un tel courrier est la conséquence de l’amende énorme que BNP-Paribas va payer à la justice américaine en plaidant coupable pour des petites peccadilles lors d’opérations de financement en dollars avec de grands pays démocratiques tels qu’Iran, Soudan et Cuba. Notre inquiétude monte alors : est-ce que ce Sieur Bonnafé, dont le salaire avoisinait les 3.5 millions d’Euros annuels en 2013, aurait maintenant des problèmes de fin de mois et donc ce courrier serait-il un appel à la charité des clients de la banque, suite à celle amende record de presque 9 Milliards de US$ ?

Grand soulagement ! La banque va casquer mais tout va continuer comme avant pour les clients et déposants et nous ne serons pas mis à contribution : en particulier point de ponction sur l’abondante trésorerie que nous avons dans cette institution. Nous espérons aussi que le Sieur Bonnafé pourra conserver son petit salaire et pourquoi pas, un jour, s’intéresser à Moto-macho, notamment via un mécénat de grande ampleur puisque débourser presque 9 Milliards de US$ ne fait pas plus de mal à BNP-Paribas qu’une piqûre de moustique à un crocodile !

Réunion des Chevaliers du Cul Tanné 1515
à Richelieu les 24 et 25 mai 2014

Depuis l'an de grâce 2010, quelques 8 vrais bikers ont été intronisés dans ce Oh Combien fameux Ordre des Chevaliers du Cul Tanné 1515. Mais, ces chevaliers originaires de diverses provinces de France et Navarre n'avaient pas eu une occasion de se réunir, comme le bon Roi Arthur avait coutume de le faire avec ses Chevaliers.

C'est pourquoi Julius et San Bernardo lancèrent l'initiative d'une réunion de ces preux, dans la vieille cité de Richelieu, située entre Poitiers et Tours et dont le nom, bien sûr, fait référence au fameux cardinal. En effet, le roi Louis XIII pour remercier son ministre, le Cardinal de Richelieu, de ses éminents services, lui fait la faveur d’ériger « un bourg clos de murailles et de fossés et de bâtir une halle » afin d’y établir quatre foires annuelles et deux marchés par semaine. Richelieu confie à Jacques Lemercier, architecte du roi,  auteur de la Sorbonne et du Palais-Cardinal (actuel Palais-Royal), le soin d'édifier, à l’emplacement de la propriété familiale, un vaste château, reflet de sa grandeur et une ville nouvelle, à proximité, pour y loger sa cour. Près de 2000 ouvriers travaillent sur le chantier, quasiment achevé à la mort du Cardinal, en 1642. Pour ceux, qui veulent en savoir plus, filez fissa sur le site internet de ce bourg ou sur Wikipédia.

Donc, fin de l'intermède culturel et revenons au temps présent. C'est ainsi que samedi 24 mai, Stéphane et Daniel (membres des Road Buddies) et Bertrand (membre des Lou Droleys) avec leurs compagnes respectives (Chantal, Marie-Ange et Sarah) rejoignent vers 14h Julius et San Bernardo, arrivés eux en célibataires temporaires, sur la grand-place de Richelieu face à l'auberge du Puis Doré. Tout le monde a eu affaire à de la pluie, mais ces preux chevaliers au cul tanné n'ont pas eu peur de le mouiller.


Arrivée sur la place de Richelieu (les Ferrari ne sont pas à nous)

Avec nos 5 destriers sur la place centrale du bourg, il n'a pas été difficile aux chevaliers de se reconnaître ! Et en bons bikers, ces retrouvailles commencent par un run et ce sera cap vers les rives de la Loire via Chinon et son château perché pour atteindre Vallandry et ses jardins. Puis direction Vouvray et ses caves avec quelques achats à la maison des vins de Vouvray. Et enfin, via la route de la rive droite sinuant sur les levées (digue de terre établies par les habitants pour retenir les eaux de la Loire lors de crues), le château royal d'Amboise s'offre à nous au soleil dans un ciel bleu ! Majestueux ! Puis idée de génie de San Bernardo qui propose une halte dans un café au pied du dit-château, car soudain des trombes d'eau arrivent alors que la troupe est bien à l'abri.Pour le retour, ce sera via Loches ce qui fera un peu de 200 km à nos compteurs et, en fin de compte, assez peu de pluie.

Petites toilettes pour les trois damoiselles avant le souper des Chevaliers, puis tout le monde se retrouve au bar. Mais avant les solides, un peu de liquide avec force apéritifs et tournées, qui défient les réserves du bar du Puits Doré. Il est à regretter que cette taverne ne dispose point de Jack Daniel's et nous nous rabattons sur du bourbon Four Roses et aussi sur ce qui reste de l'Aberlour qui sera donc asséché ! Si nous revenons en ce lieu, il faudra informer le tavernier de prévoir des stocks en rapport avec la soif des chevaliers !
Le souper commence vers 21h afin de laisser le temps aux quelques manants et à leurs bourgeoises de quitter la salle à manger et ainsi nous serons seuls comme il sied, autour d'une table presque ronde. Bien entendu, un discours est impératif et San Bernardo s'y colle en félicitant les chevaliers pour leurs challenge du Cul Tanné 1515 et leur ralliement en ce mois de mai, à la cité de Richelieu, sans toutefois exiger de vérifier si les postérieurs des impétrants sont bien tannés !! En ce qui concerne le statut des damoiselles, qui, selon la règle médiévale, doivent être aussi pures que l'eau d'Evian, il en sera de même et point de gynécologie.
Puis un bref rappel des parcours des différents chevaliers : pour Stef sur son Electra « Scarlett » et Dan sur sa Goldwing « Dina », la ligne droite de Paris à Perpignan n'est pas la plus courte distance pour rejoindre l'ordre des very happy et very few chevaliers du Cul Tanné 1515. Il est nettement préférable de passer par Foix, puis Saragosse et Barcelone en Espagne. Leurs damoiselles qui, elles avaient alors rallié, par avion, la cité dont la gare est le centre du monde selon Salvador Dali, n'ont donc point le postérieur tanné.
Bertrand du Périgord,  lui, avait décidé de regagner en solo sa Dordogne chérie depuis Faaker See en Autriche. Il avait déjà pratiqué la descente du Col du GrossGlockner lors de ce même séjour à Faaker See sans frein arrière et donc rien ne l'effraye !
Puis pourquoi se rencontrer à Richelieu ? Pour deux motifs, mes chers amis chevaliers ! Tout d'abord, un site barycentrique et puis aussi pour venir narguer feu le Cardinal sur ses terres, en dignes descendants spirituels des fameux et preux mousquetaires du Roy, qui osaient tout.
Et le souper peut enfin commencer avec tout ce qu'il faut comme solides et surtout divers millésimes liquides de St Nicolas-de-Bourgueil. Après un bon dessert, eau-de-vie de mirabelle à gogo, à cette ocasion, Julius porte un taost avec force gestuelle en l'honneur de l'amitié de nos motos et de la route. Pour le connaitre, il vous faudra rejoindre l'ordre des chevaliers du Cul Tanné 1515 !

Finalement heureusement que les manants ont quitté la salle de banquet. Quant au patron de la taverne, il est bien loin dans l'Empire du Milieu selon les informations des deux pages présents (en fait des stagiaires en formation hôtelière) et donc même en courant, il ne pourrait arriver à temps et à pied par la Chine pour entendre nos festoiements. Cependant contrairement aux whiskies de l'apéritif, le bar a des réserves abondantes et les deux jeunes pages de service approvisionnent sans relâche. Puis bien après minuit, chacun regagne sa chambrée, car demain retour au bercail et la météo ne s'annonce pas très bonne, mais ce sera demain...

Alors, une prochaine réunion dans un an ou deux ?
Avec ceux qui n'ont pu venir à cette première et peut-être quelques nouveaux chevaliers du Cul Tanné ?

Virée dans l'Entre-deux-Mers
Parcours d’une demi-journée (21 septembre 2013)

Un samedi de septembre, le beau temps est présent, alors hop, Julius et San Bernardo harnachent leur destrier pour une courte escapade dans l’Entre-deux-Mers. Le « entre-quoi », me diront les ignorants ? Entre-deux-Mers ou plutôt entre Garonne et Dordogne, car de fait il s’agit de cette portion de territoire comprise entre ces 2 fleuves.
Tout d’abord, comme le départ était à 12h, la première chose à faire est de rassasier les 2 compères et ce sera chose faite à l’Auberge du Marais, qui, comme son nom l’indique, est située sur une hauteur de la rive gauche de la Garonne à Bouliac limite Latresnes. Excellent repas concocté par le chef JM Amat avec tarif raisonnable.

l’Auberge du Marais à Bouiliac http://www.aubergedumarais.fr/

Puis direction Créon et sa place principale typique, puis Sauveterre de Guyenne en passant près de l’abbaye en ruine de La Sauve, puis retour à Bordeaux via Cadillac, sa vieille ville avec remparts et fortifications, ses liquoreux mais les voitures du même nom viennent des USA. Une petite note culturelle inspirée de Wikipédia nous apprend que ce nom provient d’Antoine de la Mothe Cadillac, issu d'une famille noble de Gascogne, qui s'était rendu en 1701 dans le Nouveau Monde et avait alors fondé la « Ville d'Etroit», un important centre commercial de fourrures, devenu depuis Detroit.


Sauveterre de Guyenne

Cadillac 1949 coupé

Les authentiques armoiries de la famille Cadillac ainsi que les honneurs rendus à l'officier français, promu, par Louis XIV, chevalier de l'ordre de Saint-Louis, incitèrent la firme à donner ce digne emblème à ses voitures.
Bien entendu, à l'époque où il débarqua dans la future ville de Detroit, Antoine de la Mothe Cadillac ne pouvait fonder une fabrique d'automobiles. Son nom fut choisi uniquement pour le prestige qu'il pouvait apporter à la marque par un riche commerçant en bois, William H. Murphy, dont l'aide financière devait, deux siècles plus tard, permettre au jeune Henry Ford de créer une usine d'automobiles.

 

Grands Patchs Moto Macho

Exit les patchs du HOG, nous roulons désormais sous nos propres couleurs.

Une petite balade de 400 km en Dordogne, au cingle de Trémolat, pour les étrenner.

 

Remise du pach du "Cul Tanné 1515" à Bertrand et balade en Périgord Noir


Remise du Pach à notre Frère de route au cours d'un repas copieux et bien arrosé

A cette occasion, Bertrand nous a organisé une très jolie balade de 200 km dans le Périgord Noir.


Les Cabanes du Breuil (classées monuments historiques)


San Bernardo allant confesser ses oiselles pour s'assurer de leurs foies


Un tracteur aussi vieux que les toutes premières Harley


Le chateau de Commarque du 12 ème siècle dans la valée de la Beune


En haut du donjon avec le chateau de Laussel en arrière plan

Dans le donjon un problème d'échecs


La forme, très anciènne, des pièces est un peu déroutante mais Julius, qui est joueur d'echecs, a trouvé le mat en deux coups. Mais on vous le dis pas. Allez voir.

Bernadette, gardienne des lieux, avec les Moto Macho

"Le Pils" et "Finger " ont reçu le pach du "Cul Tanné 1515"

Frères de route "Le Pils" et "The Finger"
C’est avec plaisir que Julius et moi-même, fondateurs et premiers réalisateurs de ce challenge, nous allons vous faire Chevaliers du Cul Tanné 1515, en présence, à titre de témoins, de Confucius de la confrérie Moto Macho, et d'Alain, grand manitou du pinard de Bordeaux. Vous rejoignez ainsi une lignée de bikers purs et durs.
Toi "le Pils", dont le surnom rappelle une bonne mousse et toi "Finger", à qui l'amour de la mécanique a couté un doigt, vous avez maintenant le Cul Tanné, ce que nous nous passerons de vérifier car nous n'admirons que les fesses des femmes. Après examen de votre roadbook, vous avez bien réalisé les fatidiques 1515 km en moins de 24 heures avec un run de Andernos à Sagres au Portugal en juillet 2011.
A ce titre, avec Julius, nous vous faisons Chevalier de l’Ordre du Cul Tanné 1515 et je vous remets le patch de cet ordre.
Je vous invite à lever nos verres et à trinquer à nos futurs runs!

Par ces mots" San Bernardo" a intronisé nos deux nouveaux chevaliers du Cul Tanné 1515
au cours d'un pot très sympa où il ne fut question que de motos et de mécanique.

Voir le récit ici


Lettre de Julius au patron de H-D

J'ai écris à Monsieur Keith E. Wandell Directeur, President and "Chief Executive Officer" de Harley-Davidson pour lui dire ce que je pense de la décision visant à interdire aux concessionnaires US de vendre des pièces en Europe par Internet. Je ne me fais pas d'illusion mais c'est mieux que de rien faire et en tout cas j'aurais donné mon avis. Je mettrai en ligne les eventuelles réponses.

J'ai envoyé une copie de cette lettre au directeur de Harley France et au directeur du HOG europe.

Dear Mr. Wandell:

I am a French motorcyclist and have ridden for 40 years. I always wanted to own a Harley Davidson but I was only able to buy one six years ago (Softail Deuce).

I love this motorcycle, which gives me much satisfaction. I have been a member of the "Bordeaux Côte d'Argent Chapter" since 2005 and I have been the webmaster in the chapter’s office for 4 years.

I am writing you to make you aware of my disappointment with recent decisions made by your company which are aimed at preventing US retailers from selling parts through the Internet in Europe.

Sir, the price of your motorcycles in Europe is almost double the price in the US. For example, a Softail Heritage classic, selling for $17,349 in the US, sells for 21,590 Euros ($28,930 based on a 1.34 exchange rate). For parts and accessories, especially motorcycle clothing, it’s even worse.

We must buy the motorcycles in Europe, which is already a big expense for the majority of us. Fortunately, we could customize and improve our motorcycles at reasonable prices by ordering on-line from American retailers and third parties. With your new policy, we can no longer do this.

Sir, I do not understand why, with this policy, you are penalizing European motorcyclists, who wear your colors and, often, love America, as in my case. Many people in Europe think the US is the country of freedom and free market. It seems that is no longer the case.

To show my disagreement with your decision, I have decided:

Not to renew my membership in HOG in 2012
To no longer buy original parts but to buy only aftermarket parts when possible
To spend as little money as possible in Harley Davidson network
To seriously consider the Victory line when I need to change my motorcycle
To make my case known on various French forums

Sir, I would ask that you reconsider your decision so that the Harley Davidson brand remains a symbol of liberty and not an example of greed.

Respectfully,

Signature

Cc
Director of Harley Davidson France
Director of HOG Europe

Traduction

Monsieur le Directeur

Je suis un motard français et je roule en moto depuis 40 ans. J'ai toujours eu envie de posséder une Harley Davidson mais je n'ai pu en acheter une que depuis 6 ans (Softail Deuce).

Je suis enchanté de cette moto qui me procure beaucoup de satisfaction. Je fais partie du Chapter de Bordeaux : le "Bordeaux Côte d'argent Chapter" depuis 2005 et j'y ai exercé la fonction de webmaster pendant 4 ans au sein de son bureau.

Je vous écris pour vous faire part de ma vive déception concernant les nouvelles dispositions prises par votre entreprise et visant à interdire aux concessionnaires US de vendre des pièces en Europe par Internet.

Monsieur le Directeur, le prix de vos motos est presque le double en Europe par rapport aux Etats Unis. Par exemple un "Softail Heritage classic" vendu 17 349 dollars chez vous est vendu en France 21.590 euros soit 28 930 dollars au cours actuel (1.34). Pour les pièces et pour les accessoires, notamment les vêtement de moto, c'est encore pire.

Pour les motos, nous sommes obligés de les acheter en Europe et c'est déjà une très grosse dépense pour la majorité d’entre nous. Heureusement nous pouvions "customiser" et améliorer nos motos à un prix normal en commandant par Internet auprès des concessionnaires et intermédiaires américains. Avec votre nouvelle politique, nous ne le pouvons plus.

Monsieur le Directeur, je ne comprend pas pourquoi vous pénalisez à ce point les motards européens qui portent vos couleurs et qui, souvent, aiment beaucoup l'Amérique ce qui est mon cas. Beaucoup de gens, en Europe, pensent que les Etats-unis sont le pays de la Liberté et de la libre concurrence, il semble que ce n'est plus le cas.

Pour marquer ma désapprobation vis-à-vis de votre décision, j'ai décidé:

- De ne pas me réinscrire au HOG en 2012.
- De ne plus acheter de pièces originales mais uniquement des pièces "aftermarquet" quand ce sera possible.
- De dépenser le moins d'argent possible dans le réseau HD.
- D'examiner sérieusement la gamme Victory quand je devrais changer ma moto.
- De faire part de ma réprobation sur les forums français.

Monsieur le Directeur, je vous demande de revenir sur votre décision pour que la marque "Harley-Davidson" reste un symbole de liberté et ne devienne pas un exemple de cupidité.

Respectueusement

Signature

Copie à
- Monsieur le Directeur de Harley Davidson France
- Monsieur le Directeur du HOG Europe

Réincarnation de Saint Bernard

Nous avons eu récemment la preuve que notre ami "San Bernardo" que nous appelons ainsi en raison de son grand dévouement en toutes circonstances à ses frères Bikers est la réincarnation du Vrai Sanctus Bernardus.

Il faut savoir que "San Bernardo" est un grand amateur de bons vins et même full patch du CIVB (Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux). Eh bien, dernièrement, en déplacement professionnel dans le département de l'Aube, notre ami a été attiré par une force divine et irrésistible dans les caves des champagnes Drappier près de Clairvaux. Une fois dans la cave cette force puissante et impérative a guidé ses pas jusqu'à une inscription gravée dans la pierre.

En l'an de grâce 1152, Sanctus Bernardus de Clairvaux ordonne la
construction de ces celliers pour la production des vins de l'abbaye !

Et là, comme Dieu s'est adressé à Jeanne d'Arc, la pucelle d'Orléans, Sanctus Bernardus s'adresse à San Bernardo, le biker de Bordeaux. Il lui révèle le mystère de la métempsycose et lui apprend qu'il est la 33 ème réincarnation de Sanctus Bernardus mort en 1153.

Un dialogue intérieur et une communion d'une intensité prodigieuse se produisent alors entre le Saint et le Biker dans la saintquième dimension. De ce dialogue intime et divin, nous ne savons presque rien sauf que Sanctus Bernardus a demandé à San Bernardo de faire vœux de pauvreté, de tempérance et de chasteté mais que celui ci a négocié. A la place, il a promis de faire le pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle (un bon pote à Sanctus Bernardus) en Harley et sans dépasser les limitations de vitesse mais il a dû promettre aussi de ne plus jamais boire de Saint Emilion que Sanctus Bernardus ne peut pas voir en icône.

Une bien belle histoire en ce siècle de mécréants hédonistes jouisseurs et buveurs de bière.

 
Copyright © only - Moto Macho - 2010 - Réalisation et webmaster : Julius - Graphisme : Rashel's Conception