Moto Macho Topo

Le talon d'Achille des Twin Cam 88

Remorquer deux Harley

Programmer un itinéraire sur les TomTom Rider 400/410 avec le logiciel Tyre-Pro

Le talon d'Achille des Twin Cam 88
par Julius

Lorsque madame Davidson plonga le Twin Cam 88 dans le Styx (1) pour le rendre invulnérable,
elle le tenait certainement par les arbres à cames.

Comme son nom l'indique le Twin Cam 88 possède deux arbres à cames.

Deux pièces sont particulièrement en cause:

- Les patins tendeurs de chaines d'entrainement des abres à cames.
- Les roulements d'abres à cames (roulement à cage) dit "intérieurs" coté carter moteur.

 

1 - Les patins

Patin extérieur 39954-99A Patin intérieur 39964-99A

Ces patins s'usent assez rapidement, hélas il n'y a pas de règle, la vitesse d'usure varie beaucoup d'une machine à l'autre. Il semble que certaines séries sont plus robustes que d'autres, la qualité de l'huile utilisée joue aussi. On à vu des patins complètement détruits avant 50 000 km et d'autres encore en bon état à 80 000. En général le patin intérieur s'use un peu plus rapidement que le patin extérieur mais là encore ce n'est pas une règle absolue. Le souci principal vient de la matière de ces pièces qui, au lieu de s'user régulièrement, se désagrège en petits, ou parfois gros, morceaux. Ce sont ces morceaux qui peuvent causer des domages au moteur.

Exemples trouvés sur les forum français et américains

Mes patins changés à 55 000 Kms
A noter que la patin intérieur est moins usé

45 000 Kms

59 000 kms

33 000 kms


83000 kms
(J'aimerais bien connaître l'huile qu'il utilise celui là)


60000 kms
Le patin intérieur s'est brisé

On apprecoit sur toutes les photos de petits cratères, preuve d'une usure non régulière.
Il est très etonnant que Harley-Davidson n'ai pas changé rapidement la matière des ces patins.

Voici ce que l'on trouve dans la doc HD

A partir de 50 000 km il est judicieux de controler l'état de ces patins,
et de les changer si ils présentent une usure excessive.

il vous en coutera environ 650 euros dans une cons Harley (avec les roulements, voir ci dessous)

 

Evolutions et améliorations
Sur le Twin Cam 96 (2007)
Harley a apporté 3 modifications :

- La matière des patins a été changée (nylon).
- Les tendeurs ne sont plus à ressort mais hydraulique.
- Les chaines ont des bords arrondis.
Il existe un kit de mise à niveau pour les Twin Cam 88
Le kit Screamin' Eagle (Réf : 25284-11)
Ce kit comprend :
- Les tendeurs de chaines hyrauliques.
- Une pompe à huile haut débit.
Les patins s'usent aussi, mais plus lentement et de façon régulière,
sans se désagréger.

 

 

2 - Les roulements

Les roulements à cages INA SCE 148 sont fragiles et la rupture de cette pièce entraine des domages très importants au moteur.
En général la ruture ne prévient pas. Il est hautement conseillé de changer ces roulements lors du remplacement des patins. Sur les forums américains il est très souvent préconisé de remplacer les roulement INA par des roulements de marque Torrington réputés plus robustes. J'ai lu sur un forum que H-D avait remplacé les roulements initiaux par un modèle plus fiable mais je n'ai pas réussi à confirmer cette information.

INA SCE 148
Torrington B 148 S

 
Le logement des roulements communique avec l'embiellage.
On comprend les domages instantanés causés au moteur en cas des rupture de ces roulements et projection des morceaux dans l'embiellage

 

 

Enfin, pour être complet, il faut mentionner l'existance d'un kit S&S qui remplace les deux chaines par des pignons

Ce kit coute 750 dollars (sur les sites US) et présente plusieurs intérets :
- Règle définitivement le problème des patins.
- Les arbres à cames S&S 510 G sont plus performants que les arbres H-D d'origine.
- Les roulements fournis avec ce kit sont des Torrington B148.

Avec ce kit, la distribution est un peu plus bruyante qu'avec les chaines du fait de l'emploi de pignons à dents droites et non hélicoïdales. Mais comme les dents hélicoïdales induisent des efforts accrus sur les paliers et donc sur les roulements on comprend que S&S ait fait ce choix, et puis le bruit sur une Harley c'est pas un souci au contraire...

Si vous trouvez des erreurs ou des imprécisions dans ce "Topo" ce serai sympa de m'en faire part à
postmaster@moto-macho.com ou par par le pony express

(1) Le Styx est le fleuve qui entoure les Enfers et dont les eaux magiques ont la propriété de rendre invulnérable celui qui s'y trempe.
Thétis y plongea Achille, enfant, à l'exception du talon par lequel elle le tenait. Au cours de la guerre de Troie, Achille sera tué d'une flèche au talon tirée par Pâris.

 

Remorquer deux Harley

En application du 2 ème commandement selon Julius : "La moto c'est dans les virages" et surtout bien las (pour rester poli) de cirer ces p…. d'autoroutes toutes droites, ce qui gonfle le compteur de kms inutiles et ennuyeux et de plus rend les pneus carrés, Julius et San Bernardo ont trouvé une parade.

Le concept est simple et nous en avions vu une mise en œuvre lors du tour de la Sicile à Cefalu avec un couple de teutons motards : amener nos destriers sur une remorque comme le font les jockeys avec un van, puis rayonner en se régalant sur des petites routes sinueuses à partir d’un point fixe tel qu’hôtel ou gîte doté d’un parking fermé.

Maintenant, faisons un peu de calcul : nos 2 Harleys (Softail Deuce + Roadking), cela fait dans les 750 à 800 kg si les sacoches sont chargées (et encore, sans les bières!). Sur la base de cette charge à prendre en compte, voici les trois chiffres importants à retenir :

- Vérifier le poids tractable maximum du véhicule qui va tirer la remorque (appelé tracteur), c’est-à-dire sur la carte grise du véhicule tracteur envisagé « F3 (PTRA) – F2 (PTAC) » ; le poids total autorisé en charge (PTAC) de la remorque devra être inférieur a cette valeur.

- Au-delà de 500 PTAC (poids total autorisé en charge, c’est-à-dire poids à vide + charge maximum), une remorque doit être immatriculée (donc assurée séparément du véhicule tracteur) et freinée au delà de 750 kg de PTAC et ceci sera donc notre cas ; de fait il nous faudra a minima une remorque avec un PTAC de l’ordre minimum de 1 tonne (PTAC = poids à vide + charge utile maximum)… mais sans atteindre 3 500 kg afin de pouvoir toujours tracter avec un véhicule seulement soumis au permis B, ce qui est largement faisable.

- Selon la somme « PTAC tracteur + PTAC remorque », le simple permis B pourrait ne pas être suffisant. Plus précisément si ce chiffre est inférieur à 3 500 kg, le simple permis B suffit. Mais entre 3 500 kg et 4 250 kg, il faut ajouter au permis B la formation B96. Au-delà, il faut un vrai permis remorque, le BE.

En résumé, si vous voulez ne remorquer qu'une seule moto, nul besoin de B96 et n'importe quelle remorque de 750 kg de PTAC fait l'affaire. En revanche pour transporter deux Harley les remorques de 750 kg de PTAC ne suffisent pas, en outre, la somme des PTAC (tracteur et remorque) a toutes les chances de dépasser 3500 kg donc il faut le B96.

Nous avons donc deux choses a faire :

1 - Passer la formation B 96

2 - Trouver une remorque.

1 - Formation B 96

Le B96 est en un permis remorque que l’on obtient après une formation d’une journée et pour 300 Euros (encore que certaines auto-écoles tarifient parfois plus de 350 Euros !!). Allez, après tout cette formation ne nous fera pas de mal, cela rafraichira les idées de San Bernardo qui a déjà tracté bateau, moto 750 Honda Four, etc et apprendra à Julius l'art et la manière de « comment conduire et manœuvrer une remorque et son tracteur ».

Pour le choix de l’auto-école, c’est assez simple ou plutôt assez court car peu d‘entre elles le proposent. Ce sera l’auto-école Clerteau à Gaillan-en-Médoc à la mi-février (car il faut compter 2 mois avant d’avoir son nouveau permis indiquant B96 et qui est requis avant de pouvoir tracter).

Nous voilà donc au petit matin sur la piste de cette auto-école et Michael notre instructeur assez jeune (motard de surcroit et même violoniste à ses heures) nous y rejoint avec un énorme 4x4 Hyundai de 200 cv et une remorque de 1 200 kg de poids à vide, assez haute et bâchée afin de pour rendre le rétroviseur central inutile et ainsi forcer à utiliser les 2 rétroviseurs latéraux.

Et on commence par un exercice pratique, sans consigne ou indication de l’instructeur, c’est-à-dire reculer en suivant une ligne droite sur quelques 70 mètres ! Et ça se plante grave de chez grave !! surtout pour Julius qui n'a jamais tracté de sa vie.

Au moindre coup de volant du mauvais coté on «casse» l’attelage, c’est-à-dire que la remorque part perpendiculairement au tracteur. Et avec une pareille remorque, cela ne se rattrape pas en compensant par contre-braquage en marche arrière, car ce n’est pas la petite remorque à 150 roros de Norauto. Alors c’est comme au jeu de l’oie, retour case départ et heureusement qu’il n’y a pas de case prison…

La clé de la réussite est pourtant bien simple selon Michael notre instructeur, qui enfin parle ! Bien suivre les ridelles de la remorque dans un des rétros extérieurs et manœuvrer le volant du tracteur par rapport à la ligne à suivre en portant son regard au loin selon l’adage suivant : « Si elle se rapproche, je me rapproche, si elle s’éloigne je me rapproche ». Un peu comme avec les jolies filles en ce qui concerne la première instruction ....., mais pour la deuxième, à voir que peut-être je me rapproche si elle s'éloigne, mais ceci est une autre histoire car une auto-école n'est pas une école de drague !!

Cela va un peu mieux avec ces instructions, mais pas terrible et si la ligne blanche à longer était un mur, on aurait bien limé tant la remorque que le beau 4x4 tracteur, turbo-diesel, intérieur cuir, sièges électriques, boite auto, clim bizone, caméra de recul, etc. Michael n’est cependant pas très optimiste, en pensant aux exercices sur piste de l’après-midi avec le slalom, mais il ne le montre pas et reste calme tout en nous pourvoyant de précieux conseils.

Puis, après quelques essais pas toujours très fructueux, nous passons à la phase dite de «circulation , c’est-à-dire un peu de conduite sur route de l’ordre d’une heure, mais sans marche arrière !! C’est plus simple, mais il faut penser aux virages que la remorque coupe et aux porte-à-faux de la remorque notamment vers l’extérieur, c’est-à-dire au fait que l’avant et l’arrière de la remorque (2 mètres de large) sont plus larges que la trajectoire du gabarit du tracteur. Et puis il faut aussi penser au code de la route que l’on a un peu oublié (priorité à droite) et à la signalisation spécifique (interdit au plus de 3T5 ou au plus de 7mètres etc). Notre instructeur trouve que Julius conduit trop vite alors qu'en fait il se trainait comme une limace unijambiste justement pour faire bonne impression. Ah ces moniteurs d'auto école, ils devraient relire le Joe Bar Team : GAZ !


Vers 13hr, arrêt et pause pour un bon repas au restaurant du Blé Noir, servi par une jolie petite minette ; Et on reprend avec du dur de chez dur, c’est à dire retour sur la piste pour l’exercice pratique suivant prévu qui est après la ligne droite du matin un slalom bien entendu en marche arrière entre des portes comme au ski.

Et ça cafouille, et on reprend et on touche les piquets des portes et il y en a même un qui se fait écraser, heureusement par notre instructeur qui nous montrait ce qu’il ne fallait pas faire.


trajet à faire en marche arrière avec la remorque

Après plus d’une heure (et l’on apprend des erreurs des autres) cela passe enfin. Certes, ce n’est pas du JC Killy triple médaille d’or des JO de Grenoble en 1968 dont celle du slalom spécial, mais cela passe.

On termine avec les exercices d’attelage-dételage qui impliquent le maniement de la roue dite jockey, du frein de remorque et du filin-attelage. Quelques discussions sur PTAC, PTAR, CU, PMA, etc et vers 16h30, fin des hostilités.

Nous allons chercher au bureau de l’auto-école Clerteau à Gaillan le précieux document attestant de la formation B96, accompagné de moultes copies de la carte d’identité, d’une facture récente EDF comme preuve de domicile, du permis de conduite actuel et de photos d’identité selon le format administratif.

Et ce n’est pas fini, car maintenant, commence le marathon administratif avec remise du dossier en préfecture et attente de la réception du nouveau permis avec la mention B96 et qui, de fait, sera au format européen, c’est-à-dire comme les cartes d’identité.

 

2 - Trouver une remorque.

L’autre sujet a été : acheter ou louer la remorque ? Un achat d’une remorque neuve et configurée pour 2 Harley signifie minimum 1 500 euros. Et puis une remorque freinée, cela suppose des révisions, de la maintenance, pouvoir la stocker à l'abri, etc …


Remorque HUMBAUR HM102212 charge utile de 800kg, freinée.
Environ 1500 euros en Allemagne, Plus cher en France.
Le meilleur rapport qualité prix que nous avont trouvé.

http://int.humbaur.com/Porte-motos-et-porte-voitures.179.0.html?&L=4&eid=04000-00100

 


TYPE-TOP - Deux motos 940 kg de Charge utile.
Idéal pour charger et decharger, mais très cher, dans les 5000 euros

http://www.type-top-remorques.fr/fiche-162-type-top-rpp-deux-motos.html

Bon, si vous êtes un bobo friqué avec bagues, montre et lunettes Harley vous avez ça aussi.

Riez pas on en voit, même à Faaker See.


En location, on peut trouver des remorques-plateaux multi-usages, que le loueur adapte avec 2 rails motos pour moins de 400 euros pour 10 jours et l’assurance RC additionnelle requise par le loueur coûte à la MAIF moins de 15 Euros par an. Il faut néanmoins éviter les remorques dites basculantes (bien adaptées aux voitures, mais peu quand il s’agit d’y placer 2 motos) et trop hautes (plus de 50 cm) car la pente sur le rail d’accès sera alors trop forte (la route est droite, mais la pente est rude selon la raffarinade bien connue!). Après visite de différents loueurs, notre choix se porte sur une remorque-plateau de Soumat Remorques (http://www.soumat.com/location.php ) près de Bordeaux avec un CU de 900 kg et un PTAC de 1 300 kg.

 

Programmer un itinéraire sur les TomTom "Rider 400/410" avec le logiciel Tyre-Pro


Nous avions déjà utilisé nos Tomtom "Rider 400/410" lors de notre sortie dans la Sierra Pelada mais de façon assez rustique et sans véritable programmation de parcours dans le GPS. Autrement dit, nous rentrions le matin tous les points de passage de la journée comme si c'était des destinations. En route, une fois arrivé à la premiere destination (ou étape) nous devions nous arrêter et afficher manuellement la prochaine "étape" (ou "waypoint" en rosbif) et ainsi de suite jusqu'à la véritable destination

Le logiciel "Tyre" permet de préparer un itinéraire précis (avec tous les waypoints") sur un ordinateur, de l'enregistrer et de le tranférer dans le Tomtom en Blue tooth ou par carte micro SD. Jusque là pas trop de soucis. Sur la route, une fois arrivé à un waypoint, le Tomtom acte alors de l’étape et présente automatiquement la route vers l’étape suivante et ainsi de suite. Hyper-pratique !

Tout l’intérêt de ce type de logiciel est de préparer tranquillos son trajet sur un PC ou une tablette dotés d’un grand écran. De fait, plus l’écran est grand, plus c’est facile. Une licence Tyre-Pro (qui en ferait plus que la version basique selon la pub) m’a été offerte lors de l’achat du Tomtom Rider 410 Great Rides Edition et ce logiciel est bien pratique à cet égard (mais la version basique qui est sur mon PC portable est suffisante). Basé sur la cartographie de gloogloomaps, Tyre-Pro permet de rentrer les waypoints soit par leur adresse (comme le resto de midi ou le gîte ou l’hôtel pour la nuitée), soit sur la carte maps de gloogloo. Cette dernière méthode est vraiment pratique et pour les étapes choisies selon le parcours envisagé, le plus simple est de cliquer les waypoints sur la carte en zoom.

Le problème vient du fait que le Tomtom n'élimine l’étape, et affiche la suivante, que si vous passez passer exactement au point d’étape prévu dans le trajet et cela à quelques mètres près (voir symbole entouré ci-dessous). Sinon l'appareil vous fera tourner en rond tant que vous ne serez pas passé pile au bon endroit. Dans la pampa c'est (relativement) facile à voir et à corriger, mais en ville ça peut vite être problématique en cas de sens interdit non prévu, ou de travaux, ou de cartographie GPS différente de celle de Google.

 

 

Si vous constatez, que ne passez pas suffisamment près de ce repère pour qu'il s'élimine automatiquement, vous devez vous arrêter, puis rentrer dans le menu du parcours pour supprimer « le prochain point d’étape ». Vous pouvez aussi le faire préventivement à l’approche de celui-ci. Ceci est fréquent si on a rentré les villes et villages sans plus de détail, car alors le waypoint est le centre-ville du patelin en question, ce qui peut alors ne pas nous convenir (bouchons, éviter le centre-ville, etc).

puis

Un peu pénible si on a beaucoup d'étapes car impossible à faire en roulant
(en fait pas complètement impossible mais très très dangeureux)

 

Donc, "tout l'art du bon road captain " consiste à programmer les étapes avec une précision métrique dans Google Maps pour que le Tomtom passe automatiquement d’une étape à une autre. Certes, il est possible aussi de programmer les waypoints sur le Tomtom, mais son écran est bien petit. Entre les zooms « + » et « - » pour obtenir la précision souhaitée et surtout, s’il y a beaucoup de waypoints, on s’y perd rapidement.

Captures d'écran du logiciel Tyre

 

Au vu de notre expérience nous conseillons donc :

- Eviter les waypoints en centre-ville. Car s’il y a des sens interdits ou des travaux, alors il faut le retirer manuellement. Attention aux larges avenues, surtout si en 2x2 voies (voies express, rocades, etc) si on clique trop sur la gauche, alors le point ne sera pas validé quand on passera sur les voies de droite et le GPS voudra sans cesse y repasser.

- Privilégier les waypoints en rase campagne ou entrée de ville et vérifier après avoir cliqué sur « calcul » que le trajet proposé est bien celui désiré.

- Sur la route, à l'approche d'un waypoint, bien surveiller si le Tomtom le valide et affiche le point suivant. En cas de doute ne pas hésiter à s'arrêter et mettre le point suivant manuellement.

Copyright © only - Moto Macho - 2010 - Réalisation et webmaster : Julius - Graphisme : Rashel's Conception